Israël-Palestine: le double regard.

Israël justifie son existence par une nécessité vitale. Les Palestiniens aussi. Ce cercle vicieux entraîne une double tragédie qui exige un examen plus équitable.

Photo:Kim Bullimore, 2017

En deux mille ans, à partir de la dépossession de sa terre nationale, l’histoire juive a été faite d’expulsions, persécutions, ghettoïsations, vexations, dénis, humiliations, mépris, haines. Comment ne pas voir que cinquante ans d’histoire palestinienne depuis la naissance de l’Etat d’Israël sont un concentré de ces deux mille ans d’histoire juive: dépossession, expulsions, ségrégation, ghettoïsations multiples et répétées, prédations, humiliations, vexations, déni, mépris, haine.

Israël a retrouvé un pays devenu étranger pendant deux mille ans, et, en le faisant sien, c’est le Palestinien séculairement installé qui y est devenu étranger. Israël a accueilli des centaines de milliers de réfugiés fuyant l’Europe et une partie de la diaspora juive. Il a provoqué l’exil de centaines de milliers de Palestiniens parqués depuis dans des camps de réfugiés ou diasporés dans le monde.

Qui eût pu penser à la fin de la Seconde Guerre mondiale, qu’après les siècles d’humiliation et de déni, l’affaire Dreyfus, le ghetto de Varsovie, Auschwitz, les descendants et héritiers de cette terrible expérience feraient subir aux Palestiniens occupés humiliations et dénis? Comment comprendre le passage du juif persécuté à l’Israélien persécuteur?

La légitimation israélienne La conception israélienne voit dans le processus historique qui a conduit à la situation actuelle non pas le produit d’une volonté de domination, mais la manifestation d’une nécessité vitale pour échapper à une menace permanente d’extermination.

Le sionisme fut la réponse nécessaire à l’antisémitisme européen, et l’aspiration à un Etat national fut la légitime aspiration à une patrie refuge.

L’implantation sioniste fut pacifique jusqu’en 48; elle s’effectua par achat de terres et non spoliation, et cela dans une petite partie d’un vaste territoire arabe sous-peuplé et sous-développé.

Refusé par le monde arabe, l’Etat hébreu, qui avait accepté le plan de partage de la Palestine, fut menacé de mort dès sa naissance et ne survécut que grâce à la victoire sur ses ennemis coalisés.

C’est à la suite de guerres défensives, menées sous la menace d’anéantissement, qu’il y eut extension du territoire originellement prévu par l’ONU. Le contrôle des territoires de peuplement arabe et l’implantation de colonies juives sur ces territoires se justifia par des nécessités stratégiques vitales, d’autant plus que la charte de l’OLP proclamait ouvertement l’objectif de détruire l’Etat d’Israël. La même nécessité vitale justifia les expéditions punitives au Liban ou ailleurs, ainsi que le refus de souscrire aux décisions de l’ONU.

Le terrorisme aveugle n’a cessé de frapper des civils juifs.

La menace de mort demeure constante. Israël est une nation démocratique civilisée face à des despotismes et des peuples asservis ou fanatisés. Ce point de vue est l’une des faces d’une réalité à double face.

La légitimation palestinienne La conception palestinienne voit dans le processus historique qui a conduit à la situation actuelle la conséquence d’une implantation étrangère forcée en terre arabe.

Le monde arabo-musulman n’est pas responsable de l’antisémitisme européen ni du génocide hitlérien.

La colonisation sioniste s’est opérée par un argent juif collecté dans le monde et par l’occupation de fait de nombreux territoires.

La guerre de 1948 a suscité, non seulement la fuite de populations palestiniennes devant les troupes israéliennes, mais des expulsions sous la menace et l’interdiction du retour.

Depuis l’occupation totale de la Palestine par Israël en 1967, il y a colonisation de domination et colonisation de peuplement. La population palestinienne est soumise sans arrêt à des contrôles, vexations, représailles et à la ghettoïsation dès qu’il y a attentats. Le principe du talion et de la responsabilité collective est appliqué implacablement.

Il y a refus de reconnaître l’identité nationale palestinienne. Jusqu’à Oslo, Israël ne connaît que des Arabes, c’est-à-dire non une nation occupée, mais des indigènes.

La légitime résistance palestinienne, née en 1956, s’est organisée sous l’égide de l’OLP en 1964. La poursuite de la colonisation israélienne sur son territoire, le sort de millions de réfugiés dans des camps au sein des pays arabes voisins, son impuissance militaire, son interdiction politique, ont conduit l’OLP à l’action terroriste comme ultime moyen désespéré de mener la lutte pour la reconnaissance, et comme réponse au terrorisme d’Etat d’Israël.

Israël s’est mis au-dessus de toutes lois internationales; l’occupation de la Cisjordanie a été condamnée par l’ONU ainsi que les agressions israéliennes, dont l’expédition au Liban jusqu’à Beyrouth.

Israël est responsable de nombreux massacres sur des populations civiles; ceux de Chabra et Chatila ont été perpétrés sous tutelle israélienne. Les morts civiles dans les camps de réfugiés et au sud Liban sont innombrables. A la guerre des pierres de l’Intifada, Tsahal a répondu par balles et meurtres d’enfants et adolescents.

La double tragédie Considéré isolement, chacun des points de vue ­ l’israélien et le palestinien ­ est légitimé. Mais à utiliser le double regard, on perçoit une dialectique infernale et un cercle vicieux, lequel a créé un asservisseur et un asservi. On ne peut limiter son regard aux seuls innocents israéliens déchiquetés sous une bombe. On doit aussi regarder en face tant d’humiliations, de souffrances, de mépris subis par les Palestiniens occupés demeurés sans cesse victimes d’une culpabilité collective en vertu de laquelle on fait sauter une maison familiale et l’on boucle un territoire.

Il faut voir aussi que durant le processus historique de ces décennies, la nation palestinienne s’est forgée dans la résistance et que l’unité israélienne s’est elle-même forgée dans la lutte. Les deux nations se sont trempées, comme souvent, grâce à l’ennemi mortel. Mais le terrible est qu’il y a deux nations ennemies pour un même territoire, et que les deux nationalismes empêchent un Etat binational. Plus terrible est que la double sacralisation de Jérusalem en fasse non un même lieu saint ou une double capitale pour deux Etats, mais matière à monopole. Jérusalem est promulgué «capitale éternelle», alors que le passé a montré que cette éternité à éclipses, suspendue pendant plus de deux millénaires, n’a aucune garantie future.

Le terrible est que du moins jusqu’à Oslo, il n’y avait pas pour Israël, de marge entre dominer et être éliminé, et qu’il n’y avait aucune possibilité pour la Palestine d’être reconnue, sinon dans une élimination future d’Israël.

Les dialectiques infernales Derrière la dialectique infernale, il y avait la complémentarité antagonique de l’antisémitisme et du sionisme.

L’idée sioniste est née en réaction à l’antisémitisme européen et la conséquence historique de l’antisémitisme nazi fut de permettre à l’Etat d’Israël d’exister. Les antagonistes ont travaillé dans le même sens au sein de la dialectique entre l’antisémitisme et le sionisme: isoler les juifs parmi les nations, négativement dans le cas antisémite en leur retirant tout droit national, positivement dans le cas sioniste en leur donnant une nation propre.

Cette dialectique s’est renouvelée au Moyen-Orient entre Israël et le monde arabe. L’anti-israélisme arabe a travaillé en faveur de la puissance israélienne, ce qui a suscité la dialectique occupation-résistance-répression-terrorisme.

Le terrorisme est donc à la fois conséquence et cause au sein de cette dialectique, où les victimes israéliennes d’attentats aveugles réactualisent la tragédie de l’histoire juive, et où la répression sur la population accroît le malheur palestinien.

Parallèlement, les Etats arabes se sont servis du malheur palestinien pour masquer leurs problèmes intérieurs, tout en maintenant les réfugiés palestiniens parqués dans des camps. Plus encore: c’est l’Etat jordanien qui a opéré le massacre des Palestiniens lors du Septembre noir en 1970, et ce sont des Arabes chrétiens, qui certes sous l’oeil bienveillant de Tsahal, ont effectué les massacres de Sabra et Chatila au Liban en 1975.

Au cours de la dialectique infernale, l’Etat assiégé a pu devenir Etat envahisseur au Liban, le sionisme socialiste a dépéri au profit d’un nationalisme devenant intégral par intégration en lui d’un intégrisme religieux, tandis que le nationalisme laïque de l’OLP s’effrite au profit du nationalisme intégriste du Hamas.

Au sionisme originel, qui recherche avant tout la sécurité militaire, a succédé un nationalisme qui dans le Likoud prend un caractère ouvertement annexionniste: il s’agit de transformer la Cisjordanie palestinienne en Judée-Samarie israélienne. L’argument sécuritaire se met dès lors au service de l’intégrisme annexionniste.

Israël, né du rejet antisémite, a développé sa force grâce au rejet antisioniste. L’accroissement de sa puissance a été fonction de la haine arabe, mais si le cycle infernal n’est pas brisé, la haine finalement risque de l’anéantir.

Et tout cela dans la zone sismique du Moyen-Orient où s’affrontent Est-Ouest, Nord-Sud, riches-pauvres, laïcité-religion, les religions entre elles et où s’affrontèrent jusqu’en 1989 les deux superpuissances, USA et Union soviétique.

Le miracle historique Et pourtant le miracle historique survint. Il y eut, en prélude, la première rupture dans la quarantaine que les pays arabes faisaient subir à Israël. Grâce à l’initiative de Sadate, Israël obtint en échange du Sinaï la reconnaissance de son plus puissant voisin arabe, l’Egypte.

Le miracle lui-même vint des changements dans l’environnement: l’apaisement du conflit des deux blocs, pour qui le Moyen-Orient était un foyer et enjeu considérable. La décomposition de l’URSS cessa de faire du Moyen-Orient une ligne de front entre l’empire soviétique et l’empire américain, puis la guerre du Golfe provoqua une rupture nouvelle dans le monde arabe; l’OLP se convertit officiellement à l’idée d’une paix négociée avec Israël, et, en Israël, le gouvernement Rabin-Pérès s’avança prudemment, via les négociations d’Oslo, vers un règlement qui, selon la formule «paix contre territoires», rompait le cercle vicieux et conduisait à terme à l’entre-reconnaissance d’un Etat palestinien et d’un Etat hébreu, et à faire de Jérusalem une double capitale, l’ouest d’Israël, l’est de la Palestine. Un cercle vertueux semblait devoir succéder au cercle vicieux.

Certes la voie était lente, longue pour dissiper une obsession obsidionale, entretenue par le complexe de Massada, et pour que les Palestiniens se résignent au voisinage d’Israël. Le pari pour la paix comportait des risques pour Israël, de puissantes forces de rejet demeurant dans son entourage arabe. Mais le rejet ne pouvait que diminuer avec la reconnaissance des droits palestiniens, et le développement du processus de paix était la seule chance de le réduire. Comme prévu, le processus a été farouchement combattu par les deux camps du refus, et les deux extrémismes ennemis se sont montrés les meilleurs alliés pour torpiller la paix. L’assassinat de Rabin, la mollesse de Pérès à l’intérieur et sa dureté à l’extérieur dans ses bombardements au Sud-Liban comme dans le réenfermement de la Cisjordanie, tout cela a ouvert la voie au Likoud de Netanyahou.

Le cercle fatal recommencé Les candides avaient cru à l’irréversibilité du processus de paix. Netanyahou fut présenté comme intransigeant, stupide, imprudent, inexpérimenté, maladroit, irresponsable, «apprenti sorcier» inconscient, qui allait bientôt apprendre le «réalisme»: en fait il exécutait la politique du nationalisme intégral israélien. Le projet géopolitique du Likoud se lia de plus en plus à la prédication intégriste qui assure obéir à la volonté divine. Recevant Netanyahou à Paris, le représentant français du Likoud ne s’est-il pas écrié que les seules frontières que devait reconnaître Israël sont celles fixées, non par l’ONU, mais par Dieu?

De fait, Netanyahou s’efforce de réaliser ­ comme ne cessent d’ailleurs de le souligner de plus en plus de voix en Israël ­ le projet conjoint de l’extrême droite et des intégristes fanatiques. C’est le projet du Grand Israël, qui vise à coloniser la Cisjordanie, et à l’israéliser en Judée-Samarie.

D’où le verrouillage quasi continu, interrompu seulement par quelques brefs entractes, de la Cisjordanie en néo-ghetto, l’occupation de la bande sud du Liban, les bombardements indiscriminés, les incursions dans les territoires évacués par l’armée israélienne, la reprise des colonisations dans les terres palestiniennes, les nouveaux quadrillages routiers réservés aux seuls Israéliens, l’asphyxie du Jérusalem palestinien avec dynamitage des immeubles et maisons, le meurtre de manifestants désarmés, les mitraillages par hélicoptères de lanceurs de pierres, l’ouverture du tunnel qui révèle le mépris total de ce qui pour le musulman est sacré, l’aggravation des humiliations et des ghettoïsations. Tout cela révèle un comportement qu’on aurait qualifié de criminel s’il s’agissait de Karadzic. Il est curieux que l’intelligentsia européenne, qui s’était mobilisée pour la Bosnie victime, demeure étrangement muette devant les mesures et actes de Netanyahou. Les commentateurs trouvent erroné et périlleux ce qui, commis contre un peuple occidental, aurait été dénoncé comme monstrueux.

Certes le jeu de Netanyahou tend à susciter des réactions violentes qui donneront prétexte à la réoccupation des territoires occupés pour les réprimer. En un mot la politique du Likoud a besoin d’exaspérer les Palestiniens, de favoriser le développement de leurs extrémismes et intégrismes afin de pouvoir réoccuper militairement toute la Cisjordanie, et d’annexer finalement la «Judée-Samarie».

Les forces maléfiques adverses ne font qu’accentuer leur collaboration objective. Les opérations provocatrices de Netanyahou ont pour effet très prévisible de déclencher des révoltes populaires et des attentats, d’affaiblir Arafat et l’OLP jusqu’au discrédit total au profit du Hamas, lequel, refusera plus que jamais de reconnaître Israël, ce qui déclenchera les opérations finales de nettoyage de la Cisjordanie. A court terme, le Hamas fait la politique du Likoud plus que l’inverse. Mais à moyen terme c’est le Likoud qui fait la politique du Hamas.

A court terme effectivement, Israël profite d’un rapport de forces démesurément en sa faveur, en raison de la désunion arabe, de sa suprématie militaire, du soutien américain, de son arme nucléaire.

A moyen terme, cette politique provoquera exactement l’inverse de son objectif: elle radicalisera un conflit négociable entre deux nations en un conflit inexpiable entre deux religions. Elle fournira une aide massive et inespérée aux intégrismes musulmans. Elle renforcera le camp du refus dans le monde arabe. Elle sape déjà la crédibilité d’Arafat, de l’OLP et des gouvernements arabes qui avaient choisi la négociation. La politique de déni des droits palestiniens surexcite les forces de rejet qui se déchaîneront et se coaliseront à nouveau. Elle affaiblit moralement Israël et tend à l’isoler dans le monde. Enfin, à long terme, le rapport de forces sera un jour modifié: la protection américaine n’est pas éternelle, et plusieurs Etats arabes ou musulmans disposeront de l’arme nucléaire. On ne peut éliminer en bout de course l’horrible perspective d’entre-anéantissements. D’un mot: il s’agit d’une stratégie autodestructrice.

En attendant Dieu se bat contre Dieu: désormais les deux intégrismes sont en plein élan: Dieu devient acteur de plus en plus important et implacable. Il y aura un accroissement prévisible des barbaries: un antiarabisme aussi horrible que l’antisémitisme, un antioccidentalisme aveugle et meurtrier. Antijudaïsme et antiarabisme croissent ensemble, s’entre-nourrissent l’un l’autre. Au-delà, la haine de l’Occident et la peur haineuse de l’Islam s’entre-aggravent l’une l’autre. Arabes et musulmans voient combien ils sont traités en leur défaveur selon le principe implicite mais évident de «deux poids deux mesures», tandis que l’Occident tend à ne percevoir de l’Islam que ses fanatismes terroristes.

L’attitude actuelle d’Israël et le soutien que continuent à lui apporter une grande partie des juifs dans le monde, va contribuer au renouveau de l’antijudaïsme. Selon la logique des prophéties autoréalisatrices, les Palestiniens et les Arabes croiront de plus en plus au complot juif international, les juifs croiront de plus en plus à l’antijudaisme de tout ce qui conteste les actes d’Israël. Tout ce qui confirmera les uns confirmera les autres.

Le cercle de la haine et de la vengeance pourra-t-il s’arrêter?

Le trou noir Israël a, dès sa naissance, bénéficié de la solidarité juive et de la sympathie occidentale. Un cordon ombilical s’est formé reliant la diaspora à Israël. La diaspora se sentait fière qu’Israël démontre au monde que les juifs n’étaient pas par nature des couards et de commerçants, qu’ils savaient se battre et cultiver la terre.

Le cordon ombilical s’est renforcé avec la menace d’anéantissement sur Israël de 1948 à 1973. Mais à partir du moment où Israël devint colonisateur et répressif, le soutien à Israël a eu de plus en plus besoin de raviver le sentiment de cette menace, de renforcer le souvenir du génocide nazi, de convaincre ceux qu’on appelait «israélites» c’est-à-dire relevant d’une appartenance religieuse traditionnelle comme les protestants, qu’ils étaient juifs, c’est-à-dire ressortissants d’un peuple et d’une nation dont le foyer est Israël, et enfin d’entretenir chez les juifs l’idée qu’ils ne sont nulle part chez eux sauf en Israël.

Les institutions nommées communautaires se donnèrent pour mission d’opérer une transformation historique: dissiper l’universalisme qui était la tendance naturelle de la diaspora au profit d’un égocentrisme judéo-israélien.

Ainsi, au cours des années 70, le rappel du martyre juif subi sous la Seconde Guerre mondiale s’intensifie. Il correspond certes au légitime besoin de lutter contre l’oubli qui vient avec le temps. Mais il prend trois caractères particuliers.

Le premier est de faire ressortir l’unicité du martyre juif, qui d’abord appelé génocide, terme applicable à d’autres peuples, puis Holocauste, terme pouvant être dit dans toutes les langues, s’intitule désormais du terme hébreu de Shoah pour désigner une singularité absolue.

La hantise de la Shoah conduit à un judéo-centrisme obsessionnel (justement déploré par Yehudi Menuhin), qui ­ non seulement oublie le sort équivalent subi par les Tsiganes, mais aussi oublie les innombrables victimes non juives des déportations et exactions nazies durant la Seconde Guerre mondiale, ­ tend toujours à atténuer l’énormité des hécatombes du goulag stalinien, tend à occulter les traits communs aux totalitarismes nazi et communiste en ne relevant que leur différence idéologique, et finit par faire du crime antisémite une monstruosité unique et absolue dans l’histoire de l’humanité, alors que les Noirs d’Afrique ont subi à partir du XVIe siècle un massif et atroce esclavage dont les conséquences perdurent, que les peuples des Amériques ont été subjugués et détruits, non seulement par les maladies venues d’Europe, mais aussi par les cruautés de leurs asservisseurs.

Le second caractère de l’obsession de la Shoah est d’occulter les souffrances qu’inflige Israël par le rappel du martyre juif passé. Répressions, tueries, bombardements de civils au Sud-Liban, tortures, ghettoïsation de la Cisjordanie dès qu’il y a attentat, responsabilité collective subie par le peuple palestinien de tout crime terroriste, tout cela tend à être estompé, excusé, toléré par l’idée qu’Israël porte en lui le visage du martyr d’il y a cinquante ans et non celui de l’oppresseur des vingt-cinq dernières années.

Le troisième caractère de la Shoah est de développer une psychose d’appartenance inconditionnelle à Israël chez tous les juifs de la diaspora. Le trou noir de la Shoah attise l’incertitude juive sur la possibilité d’être intégré chez les gentils et fournit au diasporé laïque le témoignage de l’irréductibilité de son identité juive. Ainsi, le diasporé à la fois s’angoisse et se reconnaît intrinsèquement juif dans tout rappel du passé nazi (comme un procès de criminel de guerre), dans toute dénégation du passé (le «révisionnisme»), dans toute analogie présente avec le passé funeste (la menace sur Israël).

Comme souvent l’entreprise d’oppression dans le présent est masquée à soi-même par le fait qu’on a été opprimé dans le passé; comme l’a dit Hugo: «Dans l’opprimé d’hier, l’oppresseur de demain.» Ainsi la Serbie hypernationaliste s’est autojustifiée de ses pratiques barbares à l’égard des Bosniaques en évoquent le martyre passé des Serbes sous les Ottomans puis sous les nazis et les oustachis; ainsi la conscience d’être victime du passé permet de devenir bourreau du présent: mais cela peut préparer aussi les catastrophes du futur.

Aussi le vaste réseau entretenu par les institutions dites communautaires censées représenter tous les juifs de chaque pays (comme en France) et/ou et de lobbies (comme aux Etats-Unis) utilise et attise Auschwitz pour bien relier tout juif extérieur à l’Etat israélien, afin qu’il soit bien convaincu qu’il ne sera en sécurité nulle part, que sa vraie patrie est Israël. Comme les années 70 sont marquées à la fois par la désintégration des idées universalistes auxquelles s’étaient attachés beaucoup d’intellectuels d’origine juive, notamment en Europe, et par les multiples ressourcements dans l’identité ethnique ou religieuse, il s’opère un ressourcement juif qui du reste comporte et développe un intégrisme messianiste et nationaliste. Dès lors, Israël entre de plus en plus profondément dans l’identité de beaucoup de juifs diasporés. Ce mouvement s’accentue et s’amplifie chez certains en une solidarité inconditionnelle avec tout acte du gouvernement israélien, et il s’enracine chez les générations récentes dans le thème «même peuple, en France et en Israël» (1).

Tout cela pousse bien des juifs à percevoir en Israël le persécuté et l’opprimé d’il y a un demi-siècle, et non le persécuteur et l’oppresseur d’aujourd’hui. Tout cela les pousse en même temps à ne voir que la menace d’anéantissement qui plane sur Israël et non son caractère dominateur.

Engagé dès sa création dans une guerre pour sa survie, Israël fit craindre aux juifs de la diaspora qu’ils deviennent l’équivalent national d’un gigantesque ghetto de Varsovie promis à l’extermination. Il est vrai que la menace demeure pour l’avenir, et si le mot Shoah signifie un anéantissement proprement et uniquement destiné aux juifs, il vaut pleinement comme terrifiante possibilité du futur pour Israël. Mais la politique de force, loin d’atténuer la menace ne fait que l’accroître à long terme.

Aujourd’hui, le rappel de la hantise juive se fait au service de la politique colonisatrice de l’Etat israélien, lequel, par le biais des institutions juives de la diaspora, rappelle à l’Occident européen l’ignoble antisémitisme qu’il a provoqué. Du coup, on banalise les bouclages répétés des territoires palestiniens. Tandis qu’on demande la condamnation de crimes et d’aveuglements commis sous et par Vichy il y a cinquante ans, on reste indifférent aux crimes commis par des enragés comme Golstein, l’assassin d’Hebron, les tortureurs légaux de la police israélienne, les militaires ou politiques responsables du massacre de 200 civils à Canaa au Sud-Liban.

C’est sur ces bases que le Likoud, avec Netanyahou, a instrumentalisé le sentiment de solidarité qui s’est tissé ainsi en faveur d’Israël pour opérer la désolidarisation des accords d’Oslo, reprendre les colonisations, organiser le quadrillage du territoire palestinien par des routes stratégiques, et ainsi entreprendre à petits pas l’israélisation de toute la Palestine.

Tout cela continue à s’opérer dans un silence moral impressionnant: le tabou de respect pour le martyre juif passé devient un tabou de mutisme pour la tragédie palestinienne.

La situation actuelle Tout n’est pas encore joué. Il suffirait, pour reprendre le processus de paix, que les principaux acteurs internationaux sortent de leur immobilisme.

Les Etats-Unis disposent des moyens de pression suffisants, mais Clinton subit la pression de ceux qui veulent empêcher l’usage de ces moyens de pression.

L’Europe pourrait intervenir en subordonnant ses coopérations politiques et économiques à la reprise du processus de paix.

La diaspora juive pourrait comprendre et soutenir la gauche israélienne.

Israël demeure une nation démocratique où peut intervenir un changement de majorité.

Il est clair que la reprise du processus de paix n’éliminerait pas pour autant tout risque pour Israël, dans le contexte éruptif du Moyen-Orient arabe, et nul ne peut assurer que le risque extrême serait écarté. Mais, répétons-le, la politique likoudienne aggrave le risque à terme et favorise une catastrophe historique pire que celle du royaume franc, car elle serait non seulement pour Israël, mais aussi pour toute la région, et peut-être pour la planète.

En attendant (Godot? Clinton? Bilak?), nous ne pouvons que regarder en face la double tragédie, des deux yeux et non d’un seul oeil borgne.

(1) Comme je l’ai écrit dans un article «Juif, substantif ou adjectif» paru dans Le Monde du 11octobre 1989. Ainsi s’est reconstituée la triade d’avant l’occupation romaine peuple-nation-religion qui en Israël, et dans l’aura d’Israël, tend à envelopper comme tentacule, à récupérer, à absorber l’identité juive moderne, qui perd alors de plus en plus son fondement culturel laïque et européen. Même quand demeure le sentiment d’appartenance à la France et au peuple français, la triade devient la référence spécifique et du coup substantielle de l’identité juive.

par Edgar Morin, sociologue

Publié le 11 septembre 1997 dans Libération

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *